top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPascal André

Une première rencontre constructive

Dernière mise à jour : 3 nov. 2020

Le 6 octobre 2020, Pierre Louviaux et Pascal André, respectivement fondateur et secrétaire général de la Fondation Ginette Louviaux, ont rencontré deux représentants de l'UCLouvain. Objectif de cette première réunion : déterminer les secteurs dans lesquels une aide financière de la Fondation serait la bienvenue.


Les besoins de l'Université de Louvain sont nombreux, surtout en cette période d'épidémie et de crise économique. Voilà pourquoi les responsables de la Fondation Ginette Louviaux souhaitaient rencontrer Florence Vanderstichelen, directrice du Service d'aide aux étudiants, et Daniel Rahier, responsable de la Fondation Louvain, afin qu'ils leur exposent les domaines dans lesquels un coup de pouce financier serait le bienvenu. Cette première réunion a eu lieu le 6 octobre dernier, à Ottignies.


15% des étudiants sont aidés financièrement


Pierre Louviaux a commencé par présenter la Fondation qu'il a créée en 2019 au nom de son épouse décédée afin de prolonger au-delà de la mort l'action qu'ils menaient ensemble. Le directeur de la Fondation Louvain, Daniel Rahier, a ensuite présenté l'institution dont il est le responsable et expliqué la façon dont elle fonctionne. Créée par Marcel Crochet en 1999, celle-ci a pour objectif de trouver des financements complémentaires à ce que l'Université reçoit du public. Ses recettes annuelles sont d'environ 7 millions d'euros, qui proviennent pour moitié de donateurs privés et pour l'autre moitié d'entreprises. Avec cet argent, la Fondation Louvain soutient des programmes de recherche et d'enseignement et vient en aide aux étudiants qui sont dans le besoin. Une problématique que Florence Vanderstichelen connaît bien puisqu'elle dirige depuis plusieurs années le Service d'aide aux étudiants de l'UCLouvain. Celui-ci soutient financièrement environ 15% des quelque 30.000 étudiants inscrits à l'université, ce qui est considérable.


Réduire la fracture numérique : une urgence !


Après avoir présenté son service et expliqué son fonctionnement, elle a exposé les secteurs dans lesquels un coup de pouce serait particulièrement le bienvenu cette année : la réduction de la fracture numérique, qui s'est aggravée avec l'épidémie de Covid 19, et le soutien aux étudiants en sciences de la santé, belges ou internationaux, qui ne peuvent plus travailler durant leur période de stage, par manque de temps, et qui se voient ainsi privé d'une source de revenus. Environ 190 d'entre eux sont soutenus petitement par le Service d'aide, mais un peu plus de la moitié aurait besoin d'aides supplémentaires. Les étudiants jobeurs qui sont également dans l'incapacité de travailler durant le blocus et la session d'examens auraient également besoin d'aide, ainsi que le Foyer des étudiants internationaux, appelé le Placet.

Sur base de toutes ces informations, Pierre Louviaux et Pascal André ont décidé d'octroyer à la Fondation Louvain une aide de 25.000 euros, dont la clé de répartition sera la suivante : 10.000 euros pour la réduction de la fracture numérique, 10.000 euros pour les étudiants étrangers durant leur stage de fin d'études et 5.000 euros pour les étudiants jobeurs dans l'incapacité de travailler durant le blocus et la période des examens.


Sur la photo : Pierre Louviaux, entouré de Florence Vanderstichelen et de Daniel Rahier.


45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page